L’œuvre Quatorze stations pour Oswald (1990), une série de dessins évocateurs de l’artiste Herménégilde Chiasson faisant partie de la collection permanente de la Galerie d’art Owens, est le point de départ de cette exposition. En 1990, Gérald LeBlanc rédige un essai poétique portant sur cette œuvre, qui se terminait sur ces lignes : « Herménégilde Chiasson me propose/des écrans sensibles/d’un ailleurs toujours présent. » S’appuyant sur cette idée originelle, l’exposition met en évidence comment s’entrecroisent les narrations historique, populaire et familiale dans les œuvres de quatre artistes acadiens, acadiennes. Bien que la question identitaire soit très présente dans ces œuvres, elle n’est pas étroitement circonscrite ni réduite à des stéréotypes nationalistes simplistes. D’une importance tout aussi grande est la notion de répétition comme geste esthétique et son rapport avec le temps et la mémoire.

L’exposition s’accompagne d’une Publication occasionnelle comportant un texte de l’autrice et commissaire indépendante Elise Anne LaPlante.

Cette exposition est organisée dans le cadre du Congrès mondial acadien 2019.